Les nouvelles brèves
Prochaine activité:
Journées décourvertes du broussaillage sur lapins

Reportages dernières activités:
Reportage galette
Journée broussaillage - juin 2016

Visitez notre page
Facebook
Accueil Le westie Dossier d'achat

Dossier d'achat

Comment bien acheter son westie?

 

Les pièges à éviter, les garanties à attendre.

Nous sommes souvent sollicités par des acheteurs qui nous expliquent leurs déboires, ou leur déception, ou encore qui s'offusquent des prix pratiqués par les éleveurs, et nous demandent des chiots non inscrits au LOF. C'est pourquoi nous allons essayer de faire le point sur l'achat d'un westie de race, sur les pièges à éviter et les garanties à attendre.

La définition du chien de race:

L'animal de race est celui dont la généalogie, donc l'appartenance raciale est garantie par l'inscription à un livre d'origine : pour les chevaux le studbook, pour les chats le Livre Officiel des Origines Félines (LOOF), pour les chiens le Livres des Origines Français (LOF). On dit d'un chien de race qu'il est inscrit au Livre des Origines Français (et non lofté comme on l'entend souvent à tort), ou pour un chien étranger au Livre des Origines de son pays de naissance (Kennel Club KC pour les anglais, Libro de Orígenes Español LOE pour les espagnols... )

 La législation ne permet pas à un vendeur de dénommer «chien de race» un sujet non inscrit au LOF. Il doit être nommé «de type» ou «d'apparence».

 Inutile donc de demander aux délégués des adresses d'éleveurs qui vendent des chiots non inscrits au LOF. La mission d'un club de race étant de valoriser la race, ils ne pourront vous donner des adresses de personnes ne vendant pas des chiens de race. De plus, il est interdit pour un éleveur possédant un affixe de vendre des chiots non inscrits au LOF.

Les définitions d'éleveur, de vendeur ou marchand, de trafiquant.

 Définition de l’Éleveur : Personne qui élève conformément à l'article L 214-6 du code rural et qui vend des chiots issus de reproductrices dont il est propriétaire et présentes sur le site déclaré en tant que site d'élevage. (Source Syndicat National des Professions du Chien et du Chat)

 Comme nous le disons ailleurs, l'éleveur DOIT pouvoir vous montrer la mère avec ses chiots... puisque pour pouvoir être dénommé «éleveur» celui ci doit être propriétaire de la mère. 

Nota: la législation française permet la cession du droit d'élevage (modalités)

   Et puis, il y a éleveur et éleveur... Une visite de l'élevage est indispensable. Les chiens doivent être propres et visiblement en bonne santé, les locaux propres et inodores, les chiots doivent être actifs, dodus, venir vers l'homme sans crainte comme les adultes.

 Voici le mail reçu décrivant le vécu d'un acheteur

Nous ne sommes pas sûrs qu'il y ait des recours possibles dans ce cas tragique. Le mieux est donc de ne pas acheter dans ce type d'élevage!

Définition de vendeur ou marchand: Personne qui vend quelque chose à un acheteur ou Personne dont la profession est d'acheter et de vendre.

 Ce qui importe ici, c'est la notion de vente. En parallèle avec la définition d'éleveur, le vendeur ou le marchand n'est pas propriétaire des reproductrices qui ne sont pas présentes sur le site de vente. Les chiots sont donc achetés à d'autres puis revendus: c'est le cas des animaleries, des foires aux chiens, mais aussi de soi-disant éleveurs...

  Comme dans toute «revente» le marchand ou vendeur doit s'octroyer une marge bénéficiaire. Or l'élevage en France coûte cher... le vrai élevage, s'entend... Il faut donc trouver des prix d'achat attractifs afin de faire une marge digne de ce nom. C'est ainsi que beaucoup de chiots vendus par ces circuits sont issus de fermes d'élevage dans lesquelles les conditions de vie des reproducteurs et des chiots sont inhumaines. Les chiots sont achetés à bas prix et revendus en France parfois 30 fois plus cher...

  Comment rentabiliser un chien? Le faire reproduire à chaque fois que cela est physiologiquement possible quitte à le tuer à la tâche, économiser sur la nourriture, les produits d'hygiène, l'eau pour le nettoyage des locaux d'élevage, les soins vétérinaires, enfin économiser sur les surfaces vitales des sites de reproduction sur place mais aussi lors du transport des chiots. Évidemment, il n'est pas question de socialisation ou d'affection dans ces affaires là! Vous imaginez bien que la mortalité est très importante.

  Voilà quels odieux trafics nourrissent les acheteurs qui ne se posent pas la question de la différence de prix et pensent que les éleveurs français «s'en mettent plein les poches»...

 Définition de trafiquant: Personne qui trafique, qui se livre à un commerce illicite.

 La législation française interdit l'importation d'animaux non vaccinés contre la rage: (source: site internet de la Douane)

Il est donc illicite d'importer des chiots non vaccinés contre la rage. Or les vaccins ne sont efficaces que sur des chiots âgés de plus de 12 semaines, et celui de la rage demande un délai d'efficacité d'un mois après l'injection. La plupart des acheteurs veulent aujourd'hui des chiots âgés de moins de 3 mois. Il faut donc bien les importer illégalement, les cacher, faire de faux certificats... et évidemment les sevrer précocement...

Les risques d'acheter ce type de chiot, ou la loterie canine

 Les maladies: les chiots élevés dans ces conditions présentent un fort risque de mauvaise croissance, de maladies congénitales, de parasitisme (vers intestinaux), de maladies contagieuses infectieuses. De plus, le stress lié à leurs conditions de vie, de sevrage puis de transport et de «stockage» augmente encore les risques du fait d'un système immunitaire défaillant. C'est une loterie, les acheteurs les plus chanceux n'auront pas de gros problèmes, les moins chanceux dépenseront des sommes astronomiques pour sauver, souvent en vain, leur petit compagnon auquel ils se seront immédiatement attachés...

 Les troubles du comportement: les chiots élevés dans ces conditions présentent un fort risque de développer des troubles du comportement: on peut les comparer aux «enfants sauvages» que l'on découvrait dans les forêts. Ils ont toujours vécu isolés, n'ont reçu aucune stimulation, n'ont pas eu beaucoup d'interaction avec les humains, ni les autres chiens hormis leur mère. Par ailleurs, souvent sevrés avant leur septième semaine, il manque à leur éducation une étape fondamentale: la morsure inhibée qui est enseignée par la mère après la septième semaine. Lorsqu'ils quittent le site d'élevage, ils sont entassés dans des cages, vivent un stress intense côtoyant des animaux qui meurent durant le transport, puis sont installés dans des cages vitrées dans un magasin bruyant et voient défiler des humains sans possibilité d'attachement. Là encore, c'est la grande loterie: certains se retrouvent avec un animal déstructuré, in-éducable, peureux, mordeur...

Comment choisir le «bon» élevage?

 Le premier conseil est de ne pas être pressé... Vous pouvez consulter les annonces de portées sur le site du CFW, et contacter les éleveurs de notre liste. Mais nos éleveurs ne sont pas des vendeurs de chiots et ils ont en général peu de portées dans l'année...

 S'ils n'ont pas de chiots, et ne prévoient pas d'avoir une portée dans les mois à venir, vous pouvez cependant trouver d'autres éleveurs sérieux, qui n'ont cependant pas signé la charte éthique. A ce propos, lisez-là, vous aurez déjà des indications sur les engagements que prennent les éleveurs qui la signent et vous aurez une idée des questions à poser aux autres éleveurs que vous contacterez. 

Le prix de vente des chiots est souvent une bonne indication de la qualité de l'élevage. Plus il est bas, plus vous prenez le risque que les dépenses de l'élevage soient réduites au maximum et donc nous revenons au paragraphe précédent et au courriel mis en exemple. Le prix moyen actuellement pour un westie inscrit au LOF varie de 1200 à 2000 euros. Mais, il ne doit pas être votre seul critère. Certains éleveurs vous disent qu'ils produisent des chiots non inscrits au LOF car cela coute trop cher. Soyons clair : le prix de l'inscription au LOF est aujourd'hui de 10 euros pour la déclaration de saillie puis de 23 euros par chiot inscrit (tarifs). Ce n'est donc pas cela qui explique la différence de prix entre LOF et non LOF. Alors ??????? On en revient aux paragraphes précédents... les chiennes reproduisent à tout va, on économise sur les frais généraux (alimentation, soins) et bien sûr, lorsqu'on a plusieurs portées soit en même temps, soit coup sur coup, le temps réservé à la socialisation des chiots est compté !

  Pour qu'un éleveur connaisse vraiment les races qu'il élève, il ne doit pas en élever 50. Méfiez-vous des éleveurs soi-disant «familiaux» qui élèvent toutes les races à la mode... Cependant, il ne faut pas d'emblée rejeter les éleveurs professionnels. Il en existe de très sérieux.

  Après une première sélection, vous devrez impérativement prendre contact par téléphone, puis visiter l'élevage. C'est dans ces deux rencontres que vous évaluerez le sérieux de l'éleveur, et la qualité de vie de ses chiens au quotidien.

  Dans le cas où vous vous posez des questions non abordées ici, n'hésitez pas à nous contacter.

Les pièges à éviter   

Les vendeurs de chiens et les mauvais éleveurs ont toute une batterie d'arguments à vous donner pour vendre à tout prix.

    • La mère n'est pas visible car elle est malade: Si la mère est malade, qu'en est-il des chiots? Dites que vous exigerez un certificat de bonne santé et que des réserves doivent être indiquées dans l'attestation de vente.
    • On ne doit pas prendre le risque de lui transmettre des maladies infectieuses: étonnez-vous qu'on ne puisse pas vous la montrer alors qu'on vous montre les chiots: la mère n'est-elle pas vaccinée, contrairement aux chiots? Dites que vous pouvez enlever vos chaussures, vous désinfecter les mains, apporter la garantie de ne pas avoir visité un autre élevage dans la journée pour éviter d'apporter des germes à l'élevage.
    • Elle est morte: de quoi? A nouveau, dites que vous exigerez un certificat de bonne santé et que des réserves doivent être indiquées dans l'attestation de vente, et demandez un délai pour faire les vérifications. Par ailleurs, on doit pouvoir vous montrer son pedigree et la carte d'identification (à vous ensuite de vérifier qu'elle existe bien, qu'elle a bien été déclarée morte auprès de la fédération gestionnaire du LOF),
    • Elle est chez un ami pour le sevrage: étonnez-vous que l'éleveur ne sache pas que pour éviter le stress du sevrage et poursuivre l'éducation des bambins, la mère doit rester avec ses chiots jusqu'à leur départ,

 Les chiots toussent, ont le ventre gonflé, les yeux qui coulent, semblent amorphes... N'écoutez pas le vendeur qui vous dit qu'ils ont un rhume, qu'ils viennent de manger, qu'ils ont une escarbille dans l’œil, et qu'ils sont fatigués parce qu'ils viennent de jouer. Ce sont des signes de maladies infectieuses (toux de chenil, maladie de carré) ou de parasitisme (vers intestinaux qui provoquent des troubles de la croissance). Demandez à l'éleveur de peser les chiots devant vous: le westie doit prendre en moyenne un kilo par mois jusqu'à ses 8/9 mois. A deux mois = environ 2 kilos. Si le chiot est bien en dessous de ce poids là, c'est qu'il a un problème de santé et/ou de croissance.

  Bien entendu, les chiens doivent être propres, les locaux aussi.

  Les adultes et les chiots doivent venir vers l'homme sans crainte. Si on vous dit qu'ils sont «timides» ne le croyez pas, le westie n'est pas un chien timide. Ce sont des chiens maltraités ou au moins méfiants et les chiots risquent d'avoir des problèmes de comportement.

Les documents que l'on doit vous remettre

L'attestation de vente : signée au moment de l'achat par le vendeur et l'acheteur, que le vendeur soit éleveur ou particulier. Un exemplaire doit vous être remis.

Elle doit préciser :

les coordonnées de l'acheteur,

les coordonnées du vendeur,

le numéro de tatouage du chien,

sa date de naissance, son sexe, sa race,

le prix de vente

les garanties contre les vices rédhibitoires,

la destination du chiot (compagnie, reproduction,...)

les coordonnées du vétérinaire du vendeur.

la date de la vente et de la livraison

Pour être sûr d'acheter un chien de race:

  • un certificat de naissance officiel comportant l'identité des deux parents et la généalogie,

  • à défaut, le numéro de déclaration de naissance (Il peut arriver qu'au moment de la vente du chiot, l'éleveur ne soit pas encore en possession de ce document). Exigez un engagement écrit de vous le faire parvenir quand il le recevra – Les bons éleveurs le font figurer dans l'attestation de vente)

Certains acheteurs ne reçoivent jamais ce document car l'éleveur déclare la naissance mais ne déclare pas la portée. Passé un certain délai le dossier est classé par la fédération et le chiot ne sera pas inscrit au LOF. Vous n'aurez donc pas fait l'acquisition d'un chien de race, alors que la portée figurait sur le site de la Fédération comme inscrite au LOF. 

Le carnet de vaccination :

Rempli et signé par un vétérinaire. Les chiots doivent avoir reçu une première injection de vaccin à 8 semaines. Il vous appartient ensuite de faire faire la seconde injection un mois plus tard lorsque vous aurez le chiot.
Le certificat de tatouage : en France, absolument tous les chiens, qu'ils soient bâtards ou de race, doivent être identifiés (tatouage ou insert). L'identification est obligatoire en cas de cession d'un animal.

La fiche de conseil ou document d'information

Bien que souvent oublié, ce document, décrivant les caractéristiques et besoins de l'animal, est obligatoire (loi du 6 janvier 1999) lors d'une vente par un éleveur.

Cela peut être un ou deux feuillets contenant des conseils de base sur l'éducation et l'alimentation du chien, mais les éleveurs familiaux sont souvent moins avares de tout un tas de conseils divers. On suppose que cette obligation permet d'empêcher l'acheteur de feindre l'ignorance lors d'un acte non responsable envers l'animal (par exemple une mauvaise alimentation) et sert autant à protéger l'éleveur (qui ne peut être tenu responsable car il a communiqué les conseils adéquats) qu'à aider l'acheteur dans sa tache de "maître".

Les garanties prévues par la Loi :

Les vices rédhibitoires

Les vices rédhibitoires concernent essentiellement les chiens achetés chez un professionnel (que ce soit chez un éleveur ou dans une animalerie). Cette garantie ne couvre donc pas les chiens achetés chez un particulier ou un éleveur non professionnel.

Les vices rédhibitoires sont des maladies ou anomalies qui vont permettre l'annulation de la vente. Il s'agit de certaines maladies mortelles contre lesquelles il existe un vaccin efficace (maladie de Carré, Parvovirose…) ou bien de tares héréditaires que l'on essaye de faire disparaître des élevages grâce à une sélection appropriée (dysplasie de la hanche pour certaines races).
Si un chiot déclare une de ces maladies dans un délai légal (quelques jours pour les maladies, quelques mois pour les tares génétiques héréditaires), l'acheteur peut se retourner contre le vendeur et obtenir le remboursement du chiot.

En voici la liste complète:

  • La maladie de Carré

  • L’hépatite contagieuse (maladie de Rubarth)

  • La parvovirose canine

  • La dysplasie coxo-fémorale

  • L’ectopie testiculaire pour les animaux âgés de plus de six mois

  • L’atrophie rétinienne

ATTENTION, toutes les affections citées dans cette liste doivent être diagnostiquées dans un certain délai. Il faut donc rapidement consulter un vétérinaire et réclamer à celui ci un certificat de suspiçion.

Voir le texte de loi complet

Il convient ici de rappeler que ce sont LES SEULES garanties légales lors de l'achat d'un chien. Si certains sites internet parlent encore d'autres garanties, c'est qu'ils n'ont pas réactualisé leurs textes. La jurisprudence confirme depuis plusieurs années que seul le texte du Code Rural fait Loi en matière de garantie dans l'achat d'un chien.

On ne peut pas attaquer un éleveur au titre des vices cachés.

Si vous souhaitez un chien de compagnie, nul besoin d'ailleurs d'autres garanties... Si vous respectez les conseils donnés précédemment, vous aurez un chiot en bonne santé, bien socialisé qui remplira très bien sa fonction de compagnie.

Si vous voulez une garantie de confirmation, l'éleveur devra faire figurer cette garantie dans l'attestation de vente. Il vous fera sans doute payer un supplément, qui vous sera rétrocédé en cas de non-confirmation. La somme exacte et la raison de ce supplément doivent figurer clairement sur l'attestation de vente.

En effet, il est très difficile de prédire comment la croissance d'un chiot se fera. Par ailleurs, le propriétaire est responsable de la croissance et de la surveillance du chiot (par exemple: la persistance des dents de lait alors que les dents définitives ont poussé, phénomène appelé «double dentition» peut compromettre la bonne occlusion dentaire, qui chez le westie est un point de non confirmation). C'est pourquoi la loi ne prévoit pas de garantie de confirmation.

Si vous voulez acheter un chien pour l'exposition ou la reproduction, il vous faudra attendre que le chien ait fait ses preuves en exposition ou reproduction, c’est-à-dire l'acheter à l'âge d'un ou deux ans si tant est qu'un éleveur accepte de se séparer d'un tel chien (il va sans dire qu'il vous coûtera bien plus cher qu'un chiot de 2 mois). Et encore, aujourd'hui le niveau de toilettage et de handling des habitués des rings est tel, que même avec un champion, un débutant pourra obtenir des résultats très décevants...

La visite d'achat

Vous avez la possibilité de «sécuriser» votre achat en faisant examiner votre chiot le lendemain de l'achat. Il faut alors préciser à votre vétérinaire l'objectif de cette visite: à savoir la vérification que votre chiot ne présente pas au jour de la vente de problèmes de santé ou qui pourraient nuire à sa santé, ni de suspicions de vices rédhibitoires. Il devra alors vérifier la présence des deux testicules, la longueur des mâchoires (prognathisme ou rétro prognathisme important empêchant une bonne mastication), propreté des oreilles, vérification du carnet de santé et de la puce électronique...

Une thèse vétérinaire propose un modèle de compte rendu type d'une visite d'achat pour le chien qui fait le tour des points à vérifier afin de valider l'aptitude ou non du chien à l'usage auquel il est destiné. (page 117/121).

Ce document vous permettra de prouver que le chiot n'était pas en bonne santé lors de son achat.

Mis à jour (Lundi, 28 Décembre 2015 12:36)