Les nouvelles brèves
Prochaine activité:
Journées décourvertes du broussaillage sur lapins

Reportages dernières activités:
Reportage galette
Journée broussaillage - juin 2016

Visitez notre page
Facebook
Accueil Santé Soigner autrement Homéopathie

Homéhopathie

Interview reproduit avec l'aimable autorisation de la revue Santé Pratique Animaux

Le docteur Mélanie DUBOIS, est diplômée de l'École nationale vétérinaire de Toulouse et a ouvert son cabinet dans le 17ème arrondissement de Paris ;

CES VÉTÉRINAIRES QUI PRESCRIVENT AUSSI L’HOMÉOPATHIE

Sur une population totale de 13 966 vétérinaires, 170 seulement sont déclarés comme homéopathes auprès du Conseil supérieur de l’Ordre national des vétérinaires. Mais ils sont beaucoup plus nombreux à employer l’homéopathie en complément des traitements traditionnels. Rencontre avec une jeune vétérinaire qui vit deux passions : les animaux et les médecines douces.

Santé Pratique Animaux. : Pourquoi avoir choisi l’homéopathie ?

Dr Mélanie DUBOIS: ma démarche est la même que celle des médecins qui choisissent l’homéopathie. Pour moi, l’homéopathie est un complément, voire une alternative  l’allopathie.

Que pensez-vous de l’allopathie ?

Dr M.D. : je ne suis pas fermée à l’allopathie. J’en prescris parfois. De même, quand il faut intervenir chirurgicalement, j’opère. Je suis avant tout docteur en médecine et chirurgie vétérinaires ! J’ai parallèlement suivi une formation en acupuncture vétérinaire. Puis j’ai suivi la formation dispensée par le Docteur Jacqueline PEKER à la Société Française d’homéopathie.

Les sceptiques pensent que l’homéopathie est purement placebo. Qu’avez-vous à répondre ?

Dr M.D. : dans les élevages industriels de volaille, l’homéopathie est utilisée contre le stress, l’agressivité et le piquage (trouble du comportement conduisant les animaux à s’arracher les plumes), et les résultats sont spectaculaires. Dans cet exemple, je ne pense pas que l’on puisse parler d’un effet placebo. J’ai obtenu moi-même de très bons résultats sur des problèmes cutanés de type allergique.

Parmi les traitements allopathiques couramment prescrits, que pensez-vous des traitements chimiques contre les puces ? Ne sont-ils pas agressifs pour les animaux eux-mêmes ?

Dr M.D. : les traitements antiparasitaires sont indispensables. Cependant, tous les mois, ce n’est peut-être pas nécessaire! Les puces, vers et autres parasites sont, comme leurs noms l’indiquent, des parasites. Ils fragilisent l’organisme. De plus, certains parasites sont transmissibles à l’homme avec des conséquences parfois très graves. Je pense en particulier aux larva migrans. Il faut donc traiter régulièrement les animaux de compagnie contre les parasites. Attention cependant aux molécules que vous utilisez. La perméthrine, par exemple, ne doit pas être utilisée sur les chats mais uniquement sur les chiens. D’autres médicaments allopathiques sont également indispensables.

Selon vous, quelles sont les limites de l’homéopathie?

Dr M.D. : les limites de l’homéopathie se révèlent quand l’animal refuse de lutter avec nous. Pour moi, c’est la pire des situations. Je suis alors impuissante.

Où trouver un vétérinaire homéopathe ?

Renseignez-vous auprès du Conseil Supérieur de l’Ordre National des Vétérinaires au 01 53 36 16 00.

Ou auprès de l’un des vingt Conseils régionaux des vétérinaires dont vous trouverez les coordonnées sur le site du Conseil Supérieur de l’Ordre National des Vétérinaires

Mis à jour (Mardi, 14 Novembre 2017 16:09)